Rechercher

La Maxi Race 2019




Ça y est, la Maxi Race est passée et elle me laisse un bon gout amère. L'occasion pour moi de revenir sur ma préparation de cette merveilleuse course de 83km pour 5000d+ ainsi que mon ressenti après course.


Le 20 décembre, je m'inscrivais sur le format 80km afin de repousser mes limites et donc passer sur des formats de + de 50km. Pourquoi la Maxi Race ? Tout simplement car j'ai participé à la Marathon Race l'année derrière et l'envie de boucler cette fameuse boucle était plus que présente.

Avec le beau terrain que m'offre Marseille et ses environs, je me dis que ça va être plus simple malgré le manque de temps du à mon travail.

C'est donc début janvier que je commençais ma "préparation" qui n'en est pas une car je déteste suivre un plan d'entrainement. Cela marche pour le plus grand nombre mais je préfère écouter mon corps plutôt qu'un bout de papier me dictant quoi faire. Avec le temps, je connais ce qu'il me reste à faire lors de mes entrainements et suivant la fatigue du jour même également.

Je commence généralement par des footings et j'augmente la distance ainsi que l'intensité selon l'envie. Le but étant de se faire plaisir. A Marseille, l'idéal quand tu cours sur la corniche est que c'est un bon faux plat. Du coup tu peux faire du 250d+ sur 10km, ce qui n'est pas négligeable en Trail, sauf si tu souhaite taper des bons chronos.

Ensuite j'inclus du fractionné, court ou long. Je commence par du 30/30 et je finis sur du 1/45 voir du 1'/2'.

Plus les semaines passent et plus j'intensifie le rythme avec de belles sorties longues dans les calanques ou à la croix sainte victoire. Un bon terrain de jeux la bas !

Enfin, à la fin de ma prépa, j'essaye de faire par semaine, un footing, une séance de fractionné, une séance cote et une sortie longue minimum.

Je ne vais pas détailler mes sorties et mes exercices. Le but est toujours de bien se faire plaisir et selon les envies elles changent. Il m'arrive de préparer ma séance 2h avant le début de course. Je ne suis pas un exemple sur ce point si on cherche une performance. Mais je pars du principe que à chaque entrainement le but étant de se faire plaisir pour donner le meilleur de soi.


Pour retrouver toutes mes sorties, rendez vous sur mon Strava -> Math Upperwesyguys

Samedi 25 Mai, Jour J de la course, départ 3h30.


J'ai un métabolisme très rapide, ce qui me bloque sur certains points et en particulier sur ma digestion. Je me lève donc 2h avant la course vers 1h30 du matin et j’engloutis un petit en cas. Lors de courses ou le départ est très tôt comme celle ci, cela ne sert à rien de manger un petit déjeuner avant. Il faut se dire que notre corps est programmé à demander ses apports aux heures habituelles de petit déjeuner, déjeuner et diner. Donc dans tous les cas vers 9h tu auras faim. Je prends donc un café et une banane et me voila partis pour 15h de course :)


La course se scinde en plusieurs parties toutes aussi différentes les unes que les autres. Je pars donc vers l'inconnu sur la distance mais je connais la seconde partie. J'ai donc pour objectif d'arriver au second gros ravitaillement (mi course) vers les 11h afin de bien manger et d'attaquer la seconde partie sans problème car cette année, pas de 3eme assistance à Menthon.

Départ tranquille mais je suis assez étonné du monde qu'il y a. On est rapidement en mode queue leleu et beaucoup de bouchons se créent. On se retrouve sur certaines parcelles au point mort ! On perd facile 30 min sur cette première grosse partie jusqu'au Sermoz ou m'attend Fanny pour l'assistance. Il fait très froid en haut et je ne perd pas de temps. Je prends mes bâtons, mon ravitaillement et me voila partis sur la descente la plus longue du parcours. J'y vais vraiment tranquille et je me force à ne pas attaquer. Ça me démange! mais je me dis qu'il reste 65km !

Après cette grosse descente, arrivé à saint eustache en étant pas mal mais mon genoux m’inquiète. Cela va s'avérer fatal dans la descente d'Entrevernes. Me revoilà avec une douleur insupportable dans les descentes. Je pense que c'est le syndrome de l’essuie glace, placé au même endroit, mais il va s’avérer que c'est le ménisque..


Je finis cette deuxième partie du 34e km au 45e km avec les dents serrés comme jamais et une belle frustration en moi. C'est la deuxième fois que je ressens cette douleur et toujours en course (la première était lors de la Sainte Express) . En ayant connaissance de la seconde partie de course je préfère donc arrêter à Doussard. Quelle déception. Cela ne sera que partie remise.


J'en garde quand même un très bon souvenir.




Mon équipement sur cette Maxi Race testé et approuvé :)


Equipement

Test Nike Terra Kiger 5


J'ai trouvé la chaussure très légère et réactive. Par contre l'accroche reste à revoir en particulier sur terrain glissant. Je l'utilise donc pour les longues sortie sur terrain accidenté et sec.


Sac Salomon 8L Slab

Mon sac préféré, léger, utile, assez grand pour les longues distances. Le best !


Lampe Nao +

Pour son efficacité, son autonomie et sa légèreté.


Montre Suunto 9

J'ai eu du mal au début de me détacher de ma Suunto Ultra. Cependant, celle ci est bien pratique et a une autonomie bien plus conséquente, idéal pour les longues distances.


Bâtons Black Diamond

Très légers et pratiques. Ils ne se font pas ressentir à l’arrière du dos. On les oublie parfois !


Textile Salomon Slab

T shirt

Short

Veste


Lunette Oakley

Je ne me fatigue pas les yeux et donc ma fatigue mentale. D'autant plus que les couleurs spéciales en pratiques Trail sont accentuées par le verre Prizm. Pas question de tomber !


Diététique:

J'utilise à raison de 1 gélule SEL par Heure les comprimés de la marque TA Energie. Ideal contre les crampes

Toutes les 45 min Un gel de la marque GU, car ce sont les seuls que je digère

Un fruit, soit une compote, soit une banane toutes les heures.







FEED INSTA

Tous droits réservés UWG 2019 ®

  • Insta UWG
  • Face UWG
  • Insta UWG
  • Face UWG